11 points pour tout comprendre sur la VMC

4-vmcdf-double-flux.jpg

4-vmcdf-double-flux.jpg

La VMC, pour Ventilation Mécanique Contrôlée, est un dispositif permettant de renouveler en permanence l’air à l’intérieur des pièces d’une maison. Découvrez le principe de fonctionnement d’une VMC, les prix, les installations en simple et double flux, et devenez incollable sur ce système de ventilation après la lecture de cet article.

VMC : définition et principe de fonctionnement

La Ventilation Mécanique Contrôlée est un dispositif intégré au bâtiment forçant l’extraction de l’air afin de le renouveler et permettant ainsi d’assainir l’air afin d’obtenir une qualité de l’air intérieur optimale. Humidité et polluants aériens sont ainsi éliminés, ce qui garantit une hygiène du bâtiment ainsi qu’une bonne santé de ses occupants.

La VMC crée une dépression par rapport à l’extérieur qui est comblée en permanence par un afflux d’air frais provenant de dehors.

Pourquoi utiliser une VMC pour ventiler ma maison ?

Que ce soit par les activités quotidiennes ou les matériaux se trouvant au sein d’une habitation, l’air intérieur devient rapidement pollué. Une aération ponctuelle ne suffit pas à renouveler cet air alors que la VMC possède l’avantage de fonctionner en continu.

La VMC diminue le taux d’humidité au sein du logement, ce qui empêche le développement des germes et des maladies. Bien évidemment, c’est bénéfique pour la santé des habitants. L’apparition des moisissures s’en retrouve également diminuée et les problèmes de condensation peuvent être évités. L’élimination des mauvaises odeurs est également facilitée grâce à une VMC. 

L’installation d’une VMC a été rendue obligatoire en 1982 dans les bâtiments neufs ou rénovés. 

De quoi est composée une VMC ?

Une VMC est composée de plusieurs éléments et certains sont accessoires ou spécifiques à différents types de VMC. Voici les trois éléments communs à chaque VMC :

1. Le groupe d’extraction

L’élément central de la VMC est le groupe d’extraction. Il s’agit d’un caisson comportant un moteur muni d’un gros ventilateur assurant la circulation de l’air et l’extraction de l’air vicié.

2. Les bouches d’entrée d’air et d’extraction

Les bouches d’entrée d’air sont des grilles posées en hauteur, généralement dans les encadrements de fenêtres ou directement dans les murs. Ces grilles d’entrée d’air permettent le renouvellement de l’air. Dans le cas d’une VMC double flux, ces entrées d’air sont remplacées par des bouches d’insufflation.

Les bouches d’extraction sont également placées en hauteur dans les pièces dites humides (cuisine, salle de bain, et WC).

3. Les gaines de la VMC

L’extraction de l’air est rendue possible grâce à un système de gaines (qui peuvent être en PVC ou en aluminium) reliées aux bouches d’extraction ou d’insufflation.

VMC simple flux vs. VMC double flux

Qu’est-ce que la VMC simple flux ?

Une VMC simple flux rejette l’air pollué à l’extérieur du bâtiment grâce au groupe motorisé qui est relié à une gaine. Puis l’afflux d’air frais arrive par le biais de grilles d’aération, installées le plus souvent au niveau des fenêtres. Ces grilles ne laissent pas passer les infiltrations d’eau ni les insectes.

Il existe différents types de VMC simple flux :

  • La VMC simple flux standard, dite autoréglable, qui a un débit d’air constant. Cela signifie qu’elle ne prend pas en compte l’humidité de l’habitat, qui varie pourtant en fonction des saisons, de la température, ou encore du nombre d’occupants. Une VMC autoréglable possède une seconde vitesse qui doit être activée manuellement lorsque cela est nécessaire (par exemple, lorsque la douche fonctionne dans la salle de bain),
  • La VMC simple flux hygroréglable : celle-ci favorise les économies d’énergie car elle adapte son débit d’extraction en fonction du taux d’humidité dans les pièces.

Qu’est-ce que la VMC double flux ?

Avec une VMC double flux, la prise d’air est effectuée à l’extérieur, mais avant de parvenir au logement, cet air frais est réchauffé par la VMC au sein d’un échangeur. De plus, cet air renouvelé est également filtré.

L’intérêt du double flux réside essentiellement dans le fait que moins d’énergie est nécessaire pour réchauffer l’air : à renouvellement d’air égal, une économie d’énergie approximative de 15 à 25 % est réalisée par rapport à une VMC simple flux.

Avantages et inconvénients d’une VMC double flux

La VMC double flux possède les avantages suivants :

  • Elle est économe en énergie,
  • Elle filtre l’air ambiant,
  • Elle permet au logement de bénéficier d’une meilleure isolation acoustique en supprimant les entrées d’air dans les fenêtres.

En revanche elle n’est pas sans inconvénient :

  • Elle possède un prix relativement élevé,
  • Le kit est assez encombrant puisqu’il mesure en moyenne 80 x 55 x 42 cm pour une double flux de petite taille (contre 38 x 24 x 14 cm pour une petite VMC simple flux),
  • Le système est moins performant lorsque les fenêtres sont ouvertes,
  • L’entretien est plus important que pour une VMC simple flux,
  • Il est nécessaire de prévoir une évacuation pour l’eau condensée.

Qu’est-ce qu’une VMC Thermodynamique ?

Il s’agit d’une VMC double flux, à laquelle a été apposé une pompe à chaleur.

La VMC joue alors un double rôle :

  • Elle assure le renouvellement de l’air,
  • Elle est source de chauffage en hiver et de climatisation en été.

Quelles sont les différentes vitesses de la VMC autoréglable ?

En régime normal, la VMC tourne sur ce que nous appelons la “petite vitesse”, ou vitesse 1. Mais lors d’un besoin ponctuel de ventilation, par exemple lorsque vous cuisinez et que la hotte n’aspire pas toutes les odeurs, il est possible de passer en “grande vitesse” ou vitesse 2, par le biais d’un interrupteur.

Une VMC simple flux consomme entre 10 et 30 W lorsqu’elle fonctionne sur la petite vitesse, c’est-à-dire en permanence.

Est-ce qu’une VMC est bruyante ? Comment la rendre silencieuse ?

Une VMC simple flux d’entrée de gamme est relativement bruyante et peut occasionner une gêne pour les personnes sensibles au bruit. Néanmoins, il est possible de trouver des VMC très silencieuses pour un prix modéré.Toutefois, il existe des gaines isolantes qui permettent de réduire encore le niveau de bruit de la VMC pour un surcoût très raisonnable (il faut compter en moyenne 20€ les six mètres au lieu de 6€ pour une gaine non isolée).

De manière générale, lorsqu’une VMC fonctionne à petite vitesse, cela est silencieux. Sur la deuxième vitesse, pour une VMC de bonne qualité avec des gaines isolantes, et un moteur installé correctement, seul le bruit de l’air qui circule se fait entendre.

Combien coûte une VMC ?

Opter pour une VMC simple ou double flux aura un coût différent. En effet, la VMC simple flux est l’option la plus économique : une VMC standard d’entrée de gamme est à un prix moyen d’environ 60 €. Pour une VMC simple flux améliorée type hygroréglable, le prix peut aller jusqu’à 400 €.

Une VMC double flux est bien plus onéreuse puisque les premiers prix sont autour de 700 € et peuvent dépasser 3000 €.

Au prix du kit VMC s’ajoute le coût de l’installation. Celui-ci diffère en fonction du type de VMC et du chantier en lui-même. Le fait que cette installation soit réalisée sur du neuf ou de la rénovation possède également un impact sur le prix. Le prix de l’installation est compris entre 300 et 3000 € en moyenne.

En revanche, avant de vous décider pour un type ou un autre de VMC, il convient de penser au coût de fonctionnement. Effectivement, la VMC double flux est plus onéreuse à l’achat et à l’installation qu’une simple flux, mais elle permet plus d’économie d’énergie sur le long terme. 

Par exemple, une VMC double flux qui réchauffe l’air entrant dans le logement permet de récupérer en moyenne 60 à 90 % des calories qui sortent de la maison. Grâce à ce système, des économies de chauffage conséquentes sont réalisées.

Quel emplacement pour les bouches d’extraction de ma VMC ?

Les bouches d’extraction d’une VMC servent aux échanges d’air, et donc doivent être placées dans des endroits réfléchis. 

Il est conseillé de placer ces bouches d’extraction dans les pièces considérées comme humides, c’est-à-dire la cuisine, la salle de bain et les WC.

En revanche, il est déconseillé de placer les bouches d’aération de VMC dans les autres pièces du logement. Effectivement, l’intérêt principal de la VMC est d’éliminer l’air vicié et de le renouveler aux endroits où il stagne. Cela est particulièrement dû à des activités spécifiques telles que la cuisine ou le fait de prendre une douche. 

Cela ne signifie pas que l’air de la chambre n’a pas besoin d’être purifié, mais cette pièce ne nécessite pas de VMC. De plus, positionner une bouche d’extraction de VMC dans une chambre risquerait de faire baisser le taux d’humidité plus que nécessaire, ce qui aurait un impact sur la qualité du sommeil.

Quant au caisson de la VMC, il est préférable de le positionner dans des combles ou dans un grenier afin d’éviter les nuisances sonores.

Combien d’extractions utiliser ?

Concernant l’installation d’une VMC, il est préférable de penser en termes de volumes d’air à extraire, plutôt qu’en nombre de bouches d’extraction d’air.

En effet, le renouvellement d’air doit être constant dans le logement, et celui-ci s’exprime en mètres cubes par heure. Une réglementation fixée par l’arrêté du 24 mars 1982 existe concernant le débit d’air minimum qui doit être extrait par une VMC en fonction du type de pièces et de la taille du logement. Découvrez quels sont ces débits minimums qui doivent être extraits :

Nombre de pièces dans l’habitation Débit d’extraction minimum dans la cuisine Débit d’extraction minimum dans la salle de bain Débit d’extraction minimum dans les WC
1 75 m3/heure 15 m3/heure 15 m3/heure
2 90 m3/heure 15 m3/heure 15 m3/heure
3 105 m3/heure 30 m3/heure 15 m3/heure
4 120 m3/heure 30 m3/heure 30 m3/heure
5 et plus 135 m3/heure 30 m3/heure 30 m3/heure

 

Pour respecter ces différences d’obligation de débit, un clapet permettant de brider les extractions des salles de bains et des WC se trouve sur les caissons. En effet, le débit imposé est moins important dans une salle de bain que dans une cuisine.

Quelle est la différence entre une VMC et un extracteur d’air ?

Les extracteurs d’air peuvent parfois être utilisés comme alternative à la VMC, c’est ce qui est appelé la VMP, pour Ventilation Mécanique Ponctuelle. Ces deux systèmes de ventilation se différencient par deux points majeurs :

  1. L’extracteur d’air est un système qui permet l’aération et la ventilation d’une pièce de manière ponctuelle, alors que la VMC fonctionne en continu. L’extracteur d’air, ou aérateur, est commandé par une télécommande et possède donc seulement deux positions : allumé ou éteint.
  2. Avec un extracteur d’air les débits ne sont pas réguliers et ne correspondent donc pas aux débits de renouvellement d’air imposés par la réglementation. Ces aérateurs ne peuvent être utilisés que pour de la rénovation et ne sont pas réglementaires sur des bâtiments neufs.

Quelle ventilation choisir pour la salle de bain ?

La salle de bain est la pièce la plus humide de la maison. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une ventilation efficace. En effet, cela permet d’empêcher les moisissures grâce à la diminution de l’humidité, ce qui augmente la durée de vie de votre mobilier. De plus, ces moisissures et le développement de bactéries dues à l’humidité peuvent être à l’origine de problèmes respiratoires. Une salle de bain correctement ventilée est donc synonyme de bonne santé.

Pour une salle de bain, il est possible d’installer une VMC simple flux ou double flux. L’avantage principal de la première est qu’elle est silencieuse. L’utilisation d’une VMC simple flux hygroréglable est idéale dans une salle de bain. En effet, grâce à ses capteurs elle fait varier la quantité d’air sortant de la pièce en fonction du taux d’humidité. Ainsi un air fortement humide est évacué plus rapidement.

La VMC double flux dans la salle de bain aura l’avantage de mieux faire circuler l’air à l’intérieur de la pièce, et pas seulement d’envoyer l’air à l’extérieur.

Si votre salle de bain est trop humide alors que votre VMC fonctionne, il est probable que vos entrées d’air soient insuffisantes.

En effet, il existe une réglementation qui définit le débit d’extraction minimum en mètres cubes par heure pour les salles de bain. 

Ce débit d’extraction dans une salle de bain est de 15 mètres cubes par heure pour des logements de une ou deux pièces. Et le volume d’air minimal à extraire dans la salle de bains pour des habitations de trois pièces ou plus est de 30 mètres cubes par heure.

En principe, la vapeur dégagée lors d’une douche chaude en hiver doit s’évacuer complètement.

Il n’est en général pas possible d’utiliser la grande vitesse d’une VMC autoréglable pour évacuer l’air d’une salle de bain. En effet, les bouches d’extraction de la salle de bain sont bridées par des clapets. Ces clapets peuvent toutefois être retirés mais cela n’est pas conseillé puisque trop d’air frais risquerait de rentrer dans la pièce si la VMC était oubliée dans cette position et ce serait trop énergivore.

Comment éviter les problèmes de condensation ?

Si la sortie de la VMC se fait horizontalement dans un mur, veillez à laisser une pente légère vers l’extérieur d’environ 3 %. Ainsi, si l’air chaud se condense en atteignant l’air froid extérieur, l’eau issue de la condensation ira plutôt vers l’extérieur.

Des gaines isolées permettent également de réduire la condensation à l’intérieur des gaines.

Est-ce qu’une VMC peut remplacer une hotte en cuisine ?

Non, cela n’est pas le rôle d’une VMC, et vous risqueriez de l’endommager.

Si vous n’avez pas de hotte, les fumées de cuisson chargées de matières grasses vont se stocker dans les tuyaux de la VMC. Ainsi le nettoyage du moteur de la VMC devra être effectué de manière plus fréquente, au minimum deux fois par an. 

Quels types de VMC existent pour la rénovation ?

Des types de VMC sont spécialisés pour la rénovation, et ne peuvent pas être utilisés sur de la construction d’habitations neuves. Il s’agit de :

  • La VMR, Ventilation Mécanique Répartie, qui est composée de plusieurs bouches d’extraction ou d’insufflation non reliées entre elles par des gaines, et sans caisson central. La VMR est souvent utilisée entre deux pièces adjacentes.
  • La VMP, Ventilation Mécanique Ponctuelle : ce sont les extracteurs d’air.

Toutefois, si vous en avez la possibilité lors de votre rénovation, il est préférable de privilégier l’installation d’un VMC de type simple ou double flux.

Questions fréquentes sur la VMC

Quelle est la différence entre une VMC simple et double flux ?

La différence principale est que la VMC simple flux renouvelle simplement l’air vicié de l’habitation, alors que la double flux récupère l’air extrait pour chauffer l’air entrant dans la maison.

Est-il obligatoire d’installer une VMC chez soi ?

Non, mais cela est fortement recommandé. En revanche, avoir un système de ventilation dans les logements neufs est devenu une obligation légale depuis 1982. Cette ventilation peut être réalisée grâce à une VMC ou par tirage naturel.

A propos de l'auteur Adrien Lafond

Pendant près de 5 ans, Adrien a été dans l'équipe des contrôleurs d'Anco, pour des projets de construction allant de la maison individuelle à la tour de 20 étages. Passionné de nouvelles technologies et initiateur de ce blog, il est maintenant responsable de la communication d'Anco en télétravail.

    Professionnels, on vous recontacte