Thermographie infrarouge : un diagnostic qui peut s’avérer indispensable

Utilisation de la thermographie infrarouge

Utilisation de la thermographie infrarouge

L’efficience énergétique est devenue un enjeu majeur dans le secteur du bâtiment. Afin de répondre aux exigences les plus strictes, de nouveaux outils de diagnostic ont progressivement vu le jour. Parmi les méthodes les plus fiables, il y a la thermographie infrarouge.

En effet, la thermographie infrarouge permet de mesurer la performance énergétique d’une construction. Pour ce faire, les défauts que présente le bâti sont repérés et des pistes d’amélioration sont définies afin de renforcer la résistance thermique de ce dernier.

Qu’est-ce que la thermographie infrarouge ?

La thermographie infrarouge est une technique qui permet de réaliser des mesures thermiques très précises. La thermographie infrarouge découle d’une technologie qui n’est autre que l’imagerie sans contact.

Concrètement, la thermographie infrarouge permet d’obtenir des images numériques thermiques (ou thermogrammes) au moyen d’une caméra thermique infrarouge.

Le fonctionnement d’une caméra de thermographie infrarouge

Matériel indispensable à la prise de mesures thermiques, la caméra de thermographie infrarouge vise à localiser des ondes électromagnétiques, lesquelles sont associées à des sources de chaleur.

Sur le plan scientifique, la technologie ici décrite repose sur le principe suivant : à température normale, tout corps diffuse une certaine quantité de rayonnement électromagnétique.

De fait, les images prises par un thermographe infrarouge permettent de déterminer quel est le rayonnement électromagnétique spécifique des différents corps chauffés issus de la construction. En d’autres termes, une caméra thermique infrarouge est en mesure d’établir la quantité d’énergie thermique transmise par les corps en question.

Lecture et interprétation d’une image thermique

Une fois restituée, l’image thermique se compose de points et ou de tâches dont la couleur dépend de la température mesurée.

En effet, une image thermique se lit toujours selon un dégradé de couleurs : les couleurs vives correspondent à des endroits chauds, tandis que les couleurs sombres se rapportent à des zones froides.

L’une des caractéristiques d’un thermographe infrarouge consiste à identifier la présence de points froids sur l’endroit ciblé, lesquels correspondent probablement à des ponts de rupture thermique.

Pourquoi avoir recours à la thermographie infrarouge ?

De nos jours, l’imagerie thermique est employée dans de nombreux domaines tels que ceux de la surveillance et la sécurité, l’aéronautique et l’industrie, ou encore l’électronique et la recherche.

Mais c’est principalement pour la réalisation de bilans thermiques de bâtiments que les thermographes infrarouge sont employés, en sachant que tous les bâtiments sont concernés (habitation individuelle, école, mairie, etc.).

L’objectif de l’imagerie thermique appliquée au secteur du bâtiment est de détecter les défaillances de température sur des défauts d’isolation, des fuites thermiques ou encore des installations électriques. En bref, la thermographie opérée dans un bâtiment permet d’analyser avec précision l’ensemble des désordres pouvant impacter le bilan thermique de celui-ci.

Finalité de l’analyse thermique

L’analyse effectuée a pour finalité d’orienter le propriétaire des lieux vers des solutions adéquates qui rendront le bâtiment moins déperditif, et donc plus confortable sur le plan énergétique.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Toute analyse thermographique doit être réalisée dans de bonnes conditions. Idéalement, l’analyse est effectuée d’octobre à mars, quand l’écart de température dans une journée ne dépasse pas 10 °C. En outre, il est préférable d’effectuer les mesures lors d’une journée légèrement couverte, le but étant d’éviter le rayonnement solaire, souvent responsable de mauvaises interprétations.

L’objectif final est la revalorisation de l’étiquette énergétique du bâtiment, laquelle passera inévitablement par des travaux d’optimisation thermique.

Les problèmes les plus récurrents

En règle générale, la thermographie infrarouge permet de détecter différents types de pathologies affectant le bâtiment :

  • Une humidité importante : la condensation de l’eau sur des parois, des fenêtres embuées, des points de rosée sont des signes qui montrent que l’enveloppe thermique du bâtiment est dégradée
  • Une isolation défaillante : les problèmes de pose et l’absence d’isolant sont rapidement révélés par la thermographie infrarouge
  • Des installations défectueuses : la technologie infrarouge permet également de vérifier le bon fonctionnement des installations, notamment celles de chauffage par le sol
  • Les ponts thermiques : les zones de rupture de l’isolant, ou ponts thermiques, sont souvent synonymes de déperdition. Il est possible d’y remédier par une isolation par l’extérieur
  • Les défauts d’étanchéité de l’air : les sources d’infiltrations d’air peuvent être nombreuses (menuiseries, passages des équipements électriques, coffres de volets roulants, etc.).

Le principe de la thermographie infrarouge dans le strict cas du bâtiment

Dans le secteur du bâtiment, le principe de la thermographie infrarouge est utilisé dans trois cas majeurs : la construction de logements neufs, la rénovation de bâtiments et l’acquisition de biens.

Les constructions neuves

La thermographie infrarouge est un outil particulièrement intéressant lors de la construction des bâtiments neufs. En effet, cette dernière permet d’identifier les éventuels défauts d’isolation avant la livraison du bien au client, et donc de respecter le cahier des charges.

Dans le secteur du BTP, il est recommandé de procéder à une analyse thermique du ou des logements avant la fin du chantier. Ainsi, les corrections nécessaires peuvent être effectuées dans les temps par l’entreprise de construction.

À noter qu’une dernière vérification par thermographie infrarouge est également courante en fin de chantier. Celle-ci vise à confirmer que les rectifications apportées sont réellement efficaces.

La rénovation de bâtiments

L’utilisation d’images numériques thermiques a beaucoup d’intérêt lorsqu’il s’agit de procéder à la rénovation d’un bâtiment. Effectivement, un diagnostic réalisé à l’aide d’une caméra thermique permet de définir le type de travaux de rénovation énergétique à réaliser avec plus d’exactitude.

Dans le cadre du Plan de relance de l’État qui encourage la rénovation des « passoires énergétiques », l’usage d’une caméra thermique prend tout son sens. Sans un tel outil, il serait difficile de déterminer la nature des travaux à mettre en œuvre. Or, grâce à un thermographe infrarouge, le maître d’ouvrage sait précisément quelles améliorations doivent être apportées au bâtiment.

Par conséquent, en plus d’apporter un gain thermique par le biais de travaux de rénovation adaptés, la thermographie infrarouge constitue un gain de temps et d’argent certain pour le propriétaire du bâtiment.

L’achat d’un bien existant

Avant de faire l’acquisition d’un bien existant, il peut être pertinent de procéder à un diagnostic thermique. Les raisons d’un tel diagnostic sont nombreuses : être informé des performances thermiques de la construction, cibler les travaux à réaliser, etc.

Ce choix est d’autant plus justifié lorsque le potentiel acheteur possède un budget limité pour réaliser les travaux de rénovation.

Il est d’ailleurs possible pour l’acquéreur de faire un diagnostic par thermographie infrarouge avant de signer le compromis de vente, à condition d’obtenir l’aval du vendeur.

En conclusion, quelle que soit la situation, la thermographie infrarouge est un outil précieux pour identifier les désordres qui nuisent aux performances thermiques d’une construction.

Par dessus tout, cette technique apporte des solutions concrètes, rapides et efficaces pour améliorer l’étiquette énergétique du bâtiment.

A propos de l'auteur Adrien Lafond

Pendant près de 5 ans, Adrien a été dans l'équipe des contrôleurs d'Anco, pour des projets de construction allant de la maison individuelle à la tour de 20 étages. Passionné de nouvelles technologies et initiateur de ce blog, il est maintenant responsable de la communication d'Anco en télétravail.

    Professionnels, on vous recontacte