Le Blog des ingénieurs d'Anco

Conseils pratiques pour mieux construire

20
Nov

Comment minimiser les victimes en zone sismique ?

Posté par le dans Risques naturels
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Imprimer

Le récent séisme destructeur d'Haïti nous rappelle à quel point les tremblements de terre peuvent tuer. En mai 2008, le séisme du Sichuan en Chine causait la mort de plus de 80 000 personnes. 

Le séisme d'Haïti a été comparé, en terme de violence, à celui de Kobé au Japon, en 1995. Or le séisme japonais a fait 6 500 morts, alors que les bilans provisoires annoncent plus de 100 000 morts en Haïti.

Les retours des premières missions post-sismiques observent de nombreux effondrements dus à la médiocre qualité des matériaux de construction, mais également à des défauts de conception majeurs en zone sismique.

Face à un tremblement de terre aussi violent, certains bâtiments n'ont montré que quelques fissures : les dommages observés étaient limités.

Qu'est-ce qui différencie un bâtiment resté debout de son voisin qui s'est effondré ?

Il ne s'agit pas seulement de construire en béton, "en dur", avec de grosses sections, robustes, solides, comme on entend souvent sur les chantiers.

Aujourd'hui, nous savons assez précisément évaluer le risque d'endommagement d'une construction, face aux séismes. Et une chose est sûre : le comportement d'un bâtiment au séisme dépend d'une multitude de paramètres. Ainsi, il est difficile de se faire une idée précise pour le particulier ou le maître d'ouvrage qui souhaite évaluer le risque de sa construction.

Des outils existent, comme des grilles mises à disposition par l'AFPS (Association Française de ParaSismique). Lors des diagnostics sismiques, nos ingénieurs utilisent ce type de grilles pour comprendre la structure d'une construction, avant d'en faire l'analyse sismique.

Régulièrement, nous observons des bâtiments existants, considérés "solides", qui présentent de sérieux vices de conception. Lors du séisme de novembre 2007 en Martinique, quelques bâtiments ont subi des effondrements partiels. Ils avaient beau être en béton, ces dommages n'avaient rien d'étonnant : leur conception violait des règles de construction élémentaires en zone sismique.


En France, 37 départements sont classés, tout ou partie, en zone sismique. En cas de doute sur la vulnérabilité de votre bâtiment, pensez à contacter un bureau d'étude ou un bureau de contrôle spécialisé en parasismique pour évaluer le risque sismique de votre construction.

Notez cet article:
0

Pendant près de 5 ans, Adrien a été dans l'équipe des contrôleurs d'Anco, pour des projets de construction allant de la maison individuelle à la tour de 20 étages. Passionné de nouvelles technologies et initiateur de ce blog, il est maintenant responsable de la communication d'Anco en télétravail.

Commentaires

Commenter cet article

Invité
Invité jeudi, 22 juin 2017